Damo ou Bodhidharma, est un moine Indien originaire de Kanchipuran, dans la région de Madras. Il est le troisième fils du roi de Madras et il était le 28ème patriarche bouddhiste.

           La légende raconte qu'au XIème siècle, Damo entama un voyage de 3 ans afin de se rendre à la cour impériale chinoise à Nankin, mais l'entrevue qu'il eu ce jour là avec l'empereur Wu, fu un echec total.

           Le moine traversa alors le fleuve jaune et pris refuge au monastère de Shaolin se trouvant dans la province de Henan (le monastère de "la petite forêt"). C'est en 475 que Damo arrive au monastère afin de prêcher le Dharma (qui signifie "protection") selon la voie du bouddhiste Mahayana (considéré comme l'une des deux grandes écoles du bouddhisme, aussi connu sous le nom de "grand véhicule") mais les moines lui refusèrent l'accés.

           Trés affecté par son échec, Bodhidharma resta 9 ans en meditation dans une grotte face à un mur...

           Cependant un jour, au bout de 3 ans de veille, le moine tomba dans le sommeil, furieux de s'être assoupi, il se coupa les paupières et les enterra dans le sol... Ce qui donna naissance à un Théier. Suite à cela il poursuivit sa méditation de 6 années supplémentaires.

           La légende dit qu'il parvint (de manière symbolique) à trouer le mur avec son regard.

           A l'issue de ces 9 années ; impréssionnés et estimant que Damo forcait le respect de part ses faits, les moines de Shaolin lui autorisèrent enfin l'accés au monastère.

 

 

           Cette longue période de méditation donna naissance à l'écriture de 3 ouvrages, ce qui constitue la plus ancienne trace écrite concernant le domaine des arts martiaux chinois. Ces livres traitaient des 3 aspects de l'être humain sur le plan physique, énergétique et mental. Le premier livre traitait de la transformation des muscles et des tendons, proposait des excercices permettant de renforcer et assouplir le corps ainsi que des techniques de combat. Le deuxième livre, le livre du lavement de la moelle portait sur des excercices énergétiques. Et pour finir le troisième livre était destiné au travail spirituel.

          Bodhidharma, pris la décision d'enseigner une nouvelle phylosophie, le Chan ( ou en Japonais, le Zen) qui se définit de la manière suivante : "Voir dans sa propre nature pour atteindre l'éveil"

          A son arrivée au monastère de Shaolin, Damo s'était déja rendu compte du triste état physique des moines qui y residaient, ce qui les empêchaient de pratiquer la méditation correctement, c'est pour cette raison qu'il dévellopa l'enseignement des arts martiaux afin de leurs permettre de se fortifier le corps et également l'esprit, il leurs enseigna les 18 mains des disciples de Bouddha (Shi Ba Luohan Shou), 18 exercices leur permettant de maintenir le corps en bonne santé. Ces mouvements étaient à la fois destinés à dévelloper leur Qi ainsi que leur état physique.

 

 

 

Or, les techniques de combat à mains nues éxistaient déja avant l'arrivée de Damo en Chine, il reste la personne qui amena la notion de vertu martiale (Wude)... Il leur enseigna que les arts martiaux devait servir à fortifier le corps et l'esprit...Ce qui représentait tout un programme à l'époque. Les principaux excercices furent inventés en imitant ou observant les mouvements de différents animaux comme par exemple : le tigre, le dragon, le serpent le léopard et la grue...

Bodhidharma trouva principalement son inspiration auprès de la nature qui l’entourait et prenait le meilleur de ce qu’elle pouvait lui offrir, il associa tout cela dans un système de mouvement que l’homme pouvait comprendre et pratiquer. Les exercices de respiration furent développés afin de fortifier les organes internes. Car bien que les exercices physiques servaient à renforcer le corps et les membres, Damo savait qu’il fallait conserver des organes sains car ils donnent l’énergie nécessaire au bon fonctionnement du corps. Plus la respiration d’une personne évolue, plus ses organes deviennent fort, cette personne commence alors à développer son Qi.

Par la suite, Bodhidharma fut déçu de constater que les moines préféraient le côté martial de son enseignement, il quitta alors le monastère de Shaolin vers 520 et resta en Chine pour continuer d’inculquer le Chan.

En 557, on le dit mort…Etrange ! Car dans sa tombe ne fut trouvé qu’une seule sandale et des témoins l’auraient aperçu se dirigeant vers l’Inde chevauchant un Tigre et chaussé d’une sandale…