Si les arts martiaux chinois se démarquent par leurs diversités, il n'en n'est pas moins consernant les armes, effectivement, nous trouvons une multitudes d'armes différentes au sein du Kung Fu.

 

Au point de vue historique, on parle des " 18 armes traditionnelles", même si en vérité il en existe beaucoup plus. Il est dit dans la plupart des écoles que la pratique des armes est complémentaire avec la pratique à main nues et qu'elle permet de perfectionner la précision du geste.

 

Pour manier une arme, il est nécessaire d'avoir une bonne maitrîse technique ainsi qu'une bonne condition physique car l'arme est un outil qui va tonifier les muscles et les tendons en profondeur.

 

Des armes guerrières traditionnelles ont été employées dans la formation martiale bien avant le Lohan.


Ces armes ont 2 fonctions :


* Former l'étudiant à l'utilisation de l'arme.
* Etre utiliser comme une aide à la formation dans l'étude martiale.

Les armes que nous utilisons dans les arts martiaux traditionnels servent de support de formation, elles contribuent a développer certaines compétences et permettre à l'étudiant d'apprendre la nature de l'arme : apprendre comment utiliser un objet qui a certains attributs, sa classification est assimilée à une arme traditionnelle.

Cela permet à l'étudiant de trouver des "armes" n'importe où et de les utiliser à son avantage avec habileté : manche à balai, branche d'arbre, journal, ceinture, vêtement, couteau de cuisine, râteau, stylo, parapluie, corde, chaîne, etc...  et de les utiliser comme une arme traditionnelle que l'on trouve dans les arts martiaux traditionnels.


Dans le temps, il n'était pas rare pour un guerrier sur un champ de bataille de lâcher son arme où de le jeter sur les ennemis et d'en ramasser une autre. Souvent l'arme qu'il ramassait été d'une nature différente de celle qu'il avait perdu comme lancer son épée et ensuite ramasser un fléau.

L'étudiant en arts martiaux a besoin de savoir comment utiliser TOUT les types d'armes afin de devenir un guerrier compétant.

L'idée de se spécialiser dans 1 ou 2 armes est le concept d'un "sport" moderne. Il est vrai que pour être "maitre" dans une seule arme, il faudrait toute une vie, mais un guerrier doit être muni d'autant de connaissances sur les outils de son métiers que possibles. Dans notre époque moderne, la plupart des écoles wushu contemporaine enseignent 1 ou 2 formes d'armes à leurs étudiants.

Cette idée est de former l'étudiant a se spécialiser dans l'arme seulement pour des démonstrations ou des compétitions.

L'étudiant doit savoir utiliser autant d'armes que possible et comment les utiliser contre les autres armes dans un combat.

Gun (Le Bâton long) :

 

 

Le bâton long est l'arme de choix des moines guerriers Lohan.

Le bâton long est facile à se procurer et il est multifonctionnel : on peut s'en servir comme d'une arme, une canne, ou encore un outil pour transporter des choses lourdes (en le mettant sur les épaules avec un panier suspendu aux deux bouts). Il y a une autre raison à cela, c'est que contrairement aux autres armes traditionnelles, le bâton évite les combats d'emblée sanglants...

Parmi les armes traditionnelles, à part le bâton, il existe pour chacune, une autre arme pour la contrer. Seul le bâton ne peut être bloqué par une autre arme grâce à son corps lisse et ses bouts nus.

Les compétences acquises de cette arme qui servent de base sous-jacente pour toutes les autres armes : la coordination et la production de puissance ainsi bien que d'autres choses.

Bien qu'il existe de nombreuses méthodes différentes de l'utilisation du bâton long, nous enseignons la légendaire méthode du bâton long de Lohan. Il s'agit d'une forme de combat traditionnel, utilisé et testé sur les champs de bataille (pas de salles de sport ! ). Elle est très différente de l'approche de la version de gymnastique flamboyante comme on le voit en Wushu contemporain. L'accent est mis sur la puissance plutôt que les reflets internes.

Cependant, dans le Shun Wu Tang syllabus il existe d'autres variations de la forme du bâton long que l'on va apprendre. Le maniement du bâton long peut facilement être utilisé pour manier : balai, bâton, tringle à rideaux, parapluie, etc...

Tout ce qui ressemble à un bâton long peut être employé en utilisant les principes et les compétences acquises à partir de cette arme classique.

 

Shuang Jie Gun (Le Nunchaku) :

 

 

Cette arme est devenue célèbre après Bruce Lee.

Elle est utilisée dans ses films à une vitesse fulgurante avec une agilité incroyable et avec grâce... L'histoire de cette version particulière le trace à Okinawa où il a été finalisé dans sa forme actuelle. Elle est née dans les rizières du sud de la Chine où le nunchaku a été utilisé comme un fléau de riz.

Il y avait à l'origine, un pôle court attaché à un poteau par l'intermédiaire d'une plus longue ficelle ou corde. Plus tard, il devint une arme lorsque les travailleurs dans les champs de riz ont réalisé qu'ils pouvaient parer face à des attaques en utilisant l'une des extrémités des pôles. Ensuite, les deux pôles ont été faites avec une taille uniforme et la corde a été raccourcie.

Quand un moine Shaolin Lohan a fui la Chine à Okinawa, il commença à enseigner ses méthodes de combat aux habitants, y compris le maniement de cette nouvelle arme. Les gens d'Okinawa ont développés ultérieurement l'arme en un outil de défense quand les envahisseurs japonais ont interdit toutes les armes. Il a été caché ou non, utilisé aux fins initialement prévu : fléau de riz.


En collaboration avec un petit nombre d'autres armes comme le tonfa (béquille), pitch, Karma (faucille) et Sai (à l'origine utilisé pour rouler des foins), le nunchaku est devenu l'une des fameuses armes d'Okinawa...


Alors que les arts martiaux chinois ont influencé les arts martiaux d'Okinawana, ces « nouvelles » armes ont influencé l'art en constante évolution du Kung Fu et ont été incorporées dans les styles de ces écoles traditionnelles tels que "Shun Wu Tang".

 

Duan Gun (Le Bâton court) :

 

 

Incontestablement l'une des armes les plus pratique dans le monde d'aujourd'hui.

Cette arme peut être utilisée par paire ou individuellement pour être à la fois offensive et défensive. Sa caractéristique est d'être une arme à courte portée, il est plus facile à manier dans un espace confiné et peut être utilisé efficacement contre n'importe quelle arme.


Le traditionnel petit bâton de bois dur a été utilisée dès le début comme un outil à la fois pour la formation ainsi que de combat. La version en rotin utilisé abondamment dans les arts martiaux philippins, est utilisé principalement comme une aide à la formation.

Son poids léger le rend plus facile à utiliser et permet des frappes beaucoup plus rapide que tout autre bois. Toutefois, elle ne cause pas autant de dégâts qu'un bâton de bois dur.


De nos jours, les bâtons modernes sont maintenant fait de plastique dur ou en caoutchouc et sont beaucoup plus durable que le bois. Il y a également les bâtons en métal et les versions télescopiques qui sont maintenant occupées par des agents de sécurité et unités de forces spéciales. Ils sont conçus pour le combat et les dommages peuvent être graves.


Cette arme peut être trouvée presque n'importe où. Tout objet qui ressemble à un petit bâton peut être utilisée dans une situation délicate.


Hu Die Dao (Les Doubles couteaux) :

 

 

Une arme qui est devenu synonyme de Kung Fu.

Ce sont deux lames avec le bord pas très affûté (pas de rasoir), à utiliser plus pour arracher plutôt que de juste couper.

Il existe essentiellement trois types de Double Couteaux ; les couteaux papillon Shaolin, les couteaux papillon Wing Chun et les couteaux papillon Lohan. Le reste, ce sont des variantes de ceux-ci, mais la version Wing Chun est une variante de ceux d'origine Shaolin.

Les couteaux papillon Shaolin ont été utilisés comme une arme défensive comme Shaolin préserve la vie... Leurs lames ne sont pas complètement affiné afin qu'ils puissent mutiler leurs adversaires plutôt que de tuer.

Le Wing Chun a modifié par la suite ces lames pour le vrai combat et la guerre, la lame entière est aiguisée et légèrement plus courbée.
Les double couteaux Lohan  sont beaucoup plus petits et plus rationalisées. Ils étaient utilisés pour les tendons et les membres et de mutiler avant de décider de poursuivre...

Le dos de la lame a été utilisée pour le blocage alors que le petit crochet sur la garde a été utilisé pour le piégeage et le désarmement. Ils sont aussi beaucoup plus légers que ceux de Shaolin afin qu'ils puissent être utilisés dans un plus petit espace confiné et utilisés à un rythme beaucoup plus rapide.

Retournée autour de la poignée la garde des doubles couteaux pourraient être utilisés de manière défensive...


Les principes d'utilisation des doubles couteaux et du bâton court peuvent être utilisés de la même manière. Toutefois, la découpe se prête à des armes telles que les lames des couteaux de cuisine, hachoirs, couteaux de brousse, des machettes, ou quelque chose qui peut couper.

 

Guan Dao (Le Kwan Dao) :

 

 

La plus vénérée des hallebardes dans les Arts Martiaux Traditionnels Chinoises est le Kwan Dao.

Le nom de cette arme provient de son créateur légendaire: le Général Kwan Yu, qui a façonné une arme de 35 kg, un style de sabre à trancher un cheval (grand sabre large attaché à un bâton long).

Le Général était un homme fort pour cette arme lente mais la puissance de cette arme était idéale pour lui et ses compétences légendaires ont fait le tour du royaume et de tout ses ennemis.

Il était capable de percer une défense de plus d'un adversaire à la fois, avec son arme connue sous le nom de : Sabre du Dragon Vert.

Le Kwan Dao ou Guan Dao est une forme typique de hallebarde, à lame très large, attribuée au légendaire général Kwan Yu ou Guan Yu (160-219), sous la dynastie des Han. Sa forme rappelle une lame de sabre large, d'où le nom de Kwan Dao : le sabre de Kwan.

Le dos de la lame est équipée d'un crochet aidant à désarmer l'adversaire. Son poid est équilibré grâce à un contre-poids fixé en bout de manche. Les Guan Dao utilisés de nos jours en Wushu artistique sont évidemment plus légers : 2 à 10 kg. Le poids idéal d'une arme de guerre est plutôt compris dans une fourchette de 8 à 12 kg.

C'était une arme coûteuse à produire et nécessitant un long apprentissage, contrairement aux lances, ce qui explique que son usage était réservé aux officiers et pas aux hommes du rang.

Comme la plupart des fauchards, le Guan Dao n'est pas une arme d'attaque. Elle est lente, peu maniable et ne peut être utilisée d'une seule main, ou en courant. Elle est donc plus utilisée comme arme d'arrêt ; on utilisait des Kwan Dao pour arrêter les charges de cavalerie.

Si cette arme a perduré jusqu'à nos jours sous sa forme martiale (10kg environ), c'est principalement parce que sa difficulté de maniement en fait un auxiliaire d'entraînement parfait pour améliorer l'enracinement et la musculature du pratiquant. Les armes de style hallebarde, sont sans doute, les armes les plus difficiles à contrôler et à utiliser sur un champ de bataille.


Cependant, ils peuvent causer le plus de dégâts et une fois, apprise à un niveau de maîtrise, l'étudiant peut l'utiliser comme une combinaison de l'épée, du bâton long et parfois de lance. Aujourd'hui, un Kwan Dao pèse en moyenne entre 5 à 10 kg et est principalement utilisé pour démontrer la puissance terrifiante de l'arme.

Le Kwan Dao développe la force du haut du corps ainsi que des positions solides et l'enracinement.

Son remplacement moderne serait un outil ou objet qui a une extension au bâton long : houe, pelle de jardin, une grande hache, une grande masse, etc...

Dao (Le Sabre):

 

 

TAO ou DAO suivant les diverses prononciations de la langue Chinoise, le sabre est l’arme du guerrier par excellence.

La tradition veut que le sabre ait été inventé par SUI JEN SHI, le second des Empereurs mythiques, puis perfectionné par WANGDUI ( HUANG TI 2698-2598 av. J-C.), le père de la culture Chinoise, qui l’aurait utilisé à la bataille de CHO LU.

Le premier aurait forgé un sabre d’or, le second un sabre de bronze.

La divinité attachée au sabre est CANG ER (TSANG ERH), Dieu des batailles.
Le terme chinois DAO PING, littéralement "arme sabre" désigne toutes les armes en général et par extension la guerre. Ce n’est que pendant la période des Printemps et des automnes (722-481 av. J-C.), puis pendant celle des Royaumes Combattants (403-222 av. J-C.), que le sabre en fer fera son apparition sur les champs de bataille. Ces sabres, longs et minces, étaient le plus souvent forgés la veille de la bataille et distribués aux fantassins peu avant le combat.


Ils demeuraient donc des armes de piètre qualité qui ne servaient visiblement qu’une fois puisqu’ils se tordaient ou s’ébréchaient facilement.
Il faudra attendre la Dynastie des SONG (479), pour que le sabre chinois prenne sa forme la plus caractéristique de "feuille de saule"(YANGLIUYAR DAO). C’est en effet, un certain PUY UAN, le forgeron de CHU KO LIANG qui aurait réhabilité une forge de haute qualité ainsi qu’une trempe d’acier particulière. Ses sabres devinrent célèbres dans toute la Chine et furent convoités par tout les généraux de l’époque.


Le sabre, a un avantage, la lame généralement courbée est utilisée par une main et peut être utilisée pour les coupes comme les épées papillon. Il y a des centaines de variantes du sabre et chacune a sa propre histoire et ses justificatifs, tels que des anneaux en laiton ou en acier ont été utilisées sur le dos de la lame ou encore une étoffe rouge ou de couleur vive a parfois été attaché à l'arrière de la poignée afin de distraire et tromper l'adversaire.

Différentes formes de la lame, différentes tailles de la lame, longueur du manche pour une utilisation des 2 mains, toutes étaient des variantes du sabre...


L'utilisation de cette arme nécessite un mouvement très circulaire de coupe pour l'économie du mouvement et la dynamique par rapport aux mouvements saccadés droite qui vous obliger à changer de direction. L'idée de l'arme étant une extension de la main comme on peut aisément le constater dans la forme pour cette arme. Cette forme favorise l'agilité et la précision, elle s'appuie sur la puissance acquis par le bâton long et l'action du poignet du bâton court.


Dans son utilisation martial il est employé principalement pour tailler et trancher, et dans la théorie des Cinq Mouvements, il est attaché à l’élément METAL.

Le Sabre favorise le travail de la respiration et du souffle (QI) et affermit le potentiel énergétique profond.

 

Si Leng Jian (Iron Rulers):

 

Si Leng Jian, connus pour leurs coups de matraque ou de «Iron Rulers» ont été utilisées et des extensions d'armes de guerres pour bloquer attaquer diverses autres armes, mais surtout des armes longues comme le bâton long.

 

Sang Teh Pi (Le Saï) :

Là encore, il existe différentes versions du Sai avec des lames aiguisées, ou trois dents, ou même deux dents.

Dans le monde d'aujourd'hui, nous pouvons utiliser des pics à brochettes, tout ce qui peut piquer comme des substituts des Sai.

 

 

Sang Teh Pi, plus communément connue sous le nom de Saï, est une des autres armes qui est devenu célèbre à Okinawa contre les guerriers envahisseurs japonais.

Le Saï ressemble à un trident qui ne tranche pas mais permet de piquer. La position de garde est très particulière.

La légende dit qu'il a été initialement utilisé par paire à Okinawa pour rouler le foin ou la paille. Mais un jour, un agriculteur d'Okinawa compris qu'il pouvait être utilisé comme une arme, vu qu'il se glisse facilement dans une botte de foin, pour bloquer l'attaque d'une lame d'un sabreur japonais à cheval.


Les Saï permettaient en effet de briser les katanas. Les broches forment des pièges idéales contres les épées et l'ensemble est un bon piège contre toutes les armes longues. Les pointes aiguisées du Saï sont devenus aussi mortelles qu'un coup de couteau et ainsi une nouvelle arme était née.

Cependant il n'y a jamais eu aucune preuve que Okinawa ai réussi à faire cela...


Le Saï est plus susceptible d'être une variante de l'arme du Kung Fu chinois appelé: Sang Teh Pi.

Jian (L'épée) :

 

En Chine comme en Occident, l’épée droite à double tranchants était le symbole de ceux qui avaient atteint un certain rang dans la hiérarchie militaire…

La forme assez caractéristique de l’épée chinoise à bords parallèles remonte à la Dynastie SHANG (1766-1112 av. J-C.) mais c’est pendant la Dynastie des ZHOU ( 1121-256 av.J.C. ) que le cuivre ou le bronze seront abandonnés au profit du fer. En 221 av. J.C. l’Empereur Jaune CHIN SHIH WANG TI, connu comme le "Premier Empereur", se vantait de posséder la plus belle collection de lames venues de toute la Chine ; plus de trois mille épées toutes plus magnifiques les unes que les autres.

Il entendit dire que l’Empereur WU HE LU avait, jadis, possédé une collection plus belle encore mais qui l’avait suivie dans la tombe.


Il fit effectuer des recherches infructueuses dans la Province de SU ZHOU. L’excavation qu’il fit creuser se remplit immédiatement d’eau et existe encore sous le nom d’Etang aux Epées ( JIAN CHI ).

Depuis la Dynastie MING ( 1369-1644 ) on distingue deux sortes principales d’épées, l’Epée Civile ( WEN JIAN ) et l’épée Militaire ( WU JIAN ). La première, considérée comme féminine, est plus courte et sa pointe ( FENG ) est légèrement arrondie. La seconde, plus longue et plus large, possède une pointe taillée en biseau.


L’Epée Civile est parfois incrustée, dans la lame, de pastilles de cuivre qui ont pour but de faire circuler l’Energie ( QI ). Au nombre de Sept, elles représentent la constellation de la Grande Ourse. Ces incrustations sont souvent réunies par une ligne gravée dans le métal.

Dans ce cas l’épée porte le nom d’épée "Au Sept Etoiles". Dans la correspondance classique avec les Cinq Mouvements de l’Energie ( WU XING JIA ), l’Epée est mise en rapport avec le FEU et , de ce fait, son maniement est considéré comme très subtil.


Psychologiquement la pratique de l’épée développe une volonté forte et permet de mieux se diriger dans la vie. Dans les applications Martiales, il ne s’agit pas de trancher comme avec le sabre, mais, en réalité, de couper en effleurant, par touches rapides sur le passage des principales artères se situant près des articulations.

Il ne faut pas s’y tromper, un authentique expert de l’épée, en quelques volutes, réussissait à vider de son sang un adversaire trop confiant… Ceci explique l’extrême précision qui est demandée aux étudiants dans l’apprentissage des Taos d’Epées…


L'épée droite ou l'épée de Tai Chi est connue pour sa grâce et ses changements de directions trompeuses. Elle est devenu plus synonyme de Tai Chi en raison de ses mouvements fluides gracieux. Il existe aussi de nombreuses variantes de cette épée à anses plus longues, des lames plus larges, des lames de crochet, etc...


Le principe de l'épée peut être utilisée pour tout objet tranchant comme des couteaux, des machettes, tronçonneuses, etc...
L'épée enseigne la discipline, la patience, la précision et la concentration.


Qiang (La Lance) :

 

La lance est considérée comme "le souverain des armes longues" dans les Arts Martiaux Traditionnels Chinois (TCMA).

Il est habituellement une des dernières armes que l'étudiant va apprendre. Elle représente l’élément EAU. De par ce fait, elle est donc, dans les techniques zoomorphes, l’arme préférée du singe ( HOUZ ) et du serpent ( SHE ).

Dans la correspondance classique avec les Cinq Mouvements de l’énergétique, la lance représente l’intelligence et la vivacité de l’EAU, ainsi que son caractère changeant et imprévisible. Le maniement de la lance requiert donc rapidité d’exécution, précision, détermination, ce qui n’exclut pas de multiples feintes que les Occidentaux qualifieraient volontiers de sournoises.

La manipulation de la lance se doit de demeurer très fluide et de nombreuses écoles utilisent des piques indirectes, sinueuses et ondoyantes. Ce fait s’amplifie lorsque la hampe de la lance est souple. Un tampon de filasse rouge est très souvent fixé directement derrière le fer de l’arme.


Il s’agit, désormais, d’un artifice décoratif caractéristique de la lance Chinoise. Ce tampon de filasse ou de crin de cheval, sur les hampes souples, produit un bruissement caractéristique.

Certains vieux Maîtres Chinois affirment qu’il reproduit le sifflement du serpent qui attaque. Or, ce son implique inconsciemment un danger. Sa perception intuitive perturbe profondément l’adversaire et déstabilise son mental.

Dans la pratique des techniques énergétiques, liées à l’Art Martial classique, la lance favorise le travail de la rapidité, de la précision et affermit les postures ( Renforcement des os, des articulations, et de l’énergie des Reins).


L'habileté de la lance chinoise est une combinaison de tout les attributs acquis auprès d'autres armes, elles peuvent être nombreuses, lorsque l'on engage le combat avec la lance.


Il est très difficile de trouver un outil moderne qui ressemble à la lance, on pourrait trouver un bâton de bambou ou la canne d'un bâton qui est flexible et utilisent le point de celle-ci comme s'il s'agissait d'une lance.


Jiu Jie Bian (La Chaîne) :

 

Sont également considérées comme des armes de pointe, ces armes très flexibles ont une puissance destructrice sévère et peuvent être utilisées dans de nombreuses et différentes façons.

La chaîne à neuf sections et est l'une des armes les plus flamboyantes à voir, toutefois, ces mouvements flamboyants sont essentiels pour générer la vitesse à laquelle cette arme est plus puissante.

Elle a une pointe lourde au bout de neuf bâtons métalliques raccordées par des raccordements en chaîne. Il y a également un tissu en soie rouge sur la pointe, encore une fois pour distraire l'adversaire. En raison du poids de la lance, cette arme a été connu pour être en mesure de percer les murs de béton.


Il existe également des variantes de cette arme comme la chaîne à 5 sections en coupe, la chaîne à 7 sections et de la lance corde. Les plus petits ont été conçus pour être utilisés dans des espaces confinés. En raison de la fermeté des pièces de métal et de la chaîne, cette arme a été en mesure de contrer contre n'importe quelle autre arme, notamment les armes à lame.

Étant flexible, cette arme est extrêmement difficile à bloquer, surtout si vous êtes distrait par la soie rouge. Comme la lance, si vous bloquez la section du milieu de cette arme, l'extrémité viendra toujours en contact en raison de son caractère flexible.


De nos jours tout objet flexible peut être utilisé comme un substitut : cordes, chaînes, des vêtements, etc…